Nation

Affaire Dorcas : l’ex Ministre congolaise des droits humains Marie-Ange Mushobekwa brise l’omerta !

64views

Par Oscar BISIMWA

Plusieurs personnes se sont levées ce matin du 24 novembre 2020 avec la détermination de s’attaquer à l’ancienne ministre des droits humains de la République démocratique du Congo Marie Ange Mushobekwa sur la situation de Dorcas Makaya, aujourd’hui en Afrique du sud, victime d’une bavure policière le 31 décembre 2017.

Le dossier a refait surface, et les détracteurs de l’ex célèbre journaliste n’avaient pas besoin de mieux pour orienter vers elle quelques invectives à travers les médias sociaux. Sens du devoir, l’ancienne ministre congolaise des droits humains a apporté une mise au point à travers son compte Twitter.

« Quinze mois après avoir quitté le gouvernement on veut toujours que j’intervienne dans les affaires du ministère des Droits Humains. Le mieux pour mes détracteurs c’est de porter plainte contre moi auprès du parquet général comme Dorcas a recouvré la parole. J’ai également soif de vérité » écrit-elle.

L’actuelle Députée nationale élue de Kabare au Sud-Kivu apporte quelques éclaircissements : « à l’humiliation publique par le mensonge, Dieu accorde une réhabilitation publique par la vérité. Je remercie le Seigneur que l’opinion publique retienne aujourd’hui que je me suis impliquée personnellement pour l’évacuation de Dorcas en RSA pour des soins appropriés. Sens du devoir. Je l’avais fait sans rien attendre en retour ni me reprocher quoi que ce soit. Je voulais juste sauver une jeune fille innocente victime d’une bavure policière. Face à ce drame commis par un agent de l’État dont j’ignore l’identité jusqu’à présent. Je me devais à travers ma position et mon pouvoir de faire réparer ce drame par l’État congolais. Un mensonge cousu de fil blanc a été monté contre moi dans le but de me détruire et m’humilier à la face du monde. Mais j’ai gardé la foi sachant que mon Dieu connaissait la vérité ».

Plus loin, Marie-Ange Mushobekwa précise: « Je n’ai jamais touché un seul dollar dans cette histoire. Tous les frais étaient payés par voie numérique du ministère des finances via celui de la santé à l’hôpital en Afrique du Sud. Mon rôle était de faire pression chaque mois pour que les factures soient honorées. Cela a été fait pendant 12 mois jusqu’au début de la campagne électorale où tous les services étaient submergés. Après les élections je suis restée 8 mois au gouvernement. Pendant ce temps, le ministre des finances avait reçu l’ordre de ne plus décaisser un seul rond sans l’aval de… Il a obéi à l’ordre de… Ma petite personne n’y pouvait plus rien. J’ai fait la remise et reprise début septembre 2019 avec mon successeur André Lite. Je ne sais pas ce qu’il a mené comme démarches. Voilà la vérité. Dorcas et ses parents sont vivants. À Dieu la gloire ! »

Le temps est l’ennemi du mensonge, disent les ghanéens, Marie-Ange Mushobekwa poursuit : « Je disais toujours Dorcas a survécu. Elle va recouvrer la parole. Elle témoignera. #DORCAS A TÉMOIGNÉ. Je sais que des milliers de gens se sentent mal à l’aise de m’avoir insultée, insulté mes enfants ainsi que la mémoire de leur père au nom de la politique. DIEU EST JUSTE ! Je reconnais encore certaines personnes ici sur Twitter qui ont été très MÉCHANTES. Si leurs consciences fonctionnent encore j’attends leurs excuses. Sinon ce n’est pas grave. L’essentiel est fait: la vérité a triomphé. Que cela serve de leçon à ceux qui relayent des Infox #Intox.

Et de préciser enfin: « je tiens à souligner que l’avion médicalisé RSA-RDC-RSA, la chirurgie pour permettre à Dorcas de recouvrer la parole ainsi que le séjour de sa maman (appartement meublé) avaient été financés par l’État congolais pendant 12 mois. Son père n’a payé aucun rond sous mon mandat ».

UNE PLUIE DE FÉLICITATIONS

De nombreux internautes éclairés ont tout de suite apporté leur soutien à l’ancienne ministre des droits humains à qui ils reconnaissent un bilan élogieux. Des félicitations, comme s’il en pleuvait sur celle qui a porté haut l’étendard de la République démocratique du Congo au sommet des nations unies sur les droits humains.

« Vous à ce poste au moment des faits, Dorcas a eu de la chance que beaucoup manquent jusqu’à nos jours. Vous avez fait le nécessaire avec un grand Coeur. Dieu seul sait vous récompenser, les hommes eux peuvent dire ce que bon leur semble, allez toujours de l’avant, réagit Ahmi Sakasaka.

Mimie Muninda Mading écrit pour sa part
« Ce sont souvent les gens qui donnent le Moins pour les cas des autres, qui Critiquent le plus facilement les actions sociales, professionnelles et généreuses des autres ».

« Vous avez fait votre travail Honorable, j’étais personnellement présent ce jour là juste après la visite à Kintambo dans la famille de la mère qui a perdu ses enfants tragiquement; Vous êtes allée aux cliniques universitaires avec votre diracaba ai. Mr Matumo Bahati Aimé », « Vous étiez ministre pour les congolais. Mais d’autres sont ministres pour les ujana, deuxième vitesse, l’orgueil…..Vous avez fait du bon boulot félicitations excellence », réactions respectives de Ben Nyamabo et Palmer Kabeya.

Leave a Response